MMM Europe a participé de janvier 2012 à janvier 2015 au projet Dorian. C’est un projet Européen de recherche scientifique sur l’obésité de la maman durant sa grossesse et l’impact de cet obésité sur la vie de l’enfant jusqu’à l’âge adulte. Ce projet était fondé par le 7th research Framework de la Commission Européenne sous la direction de Patrizia Iozzo à Pise en Italie. Il a été mené dans 6 pays et par 10 partenaires. 
MMM Europe est partenaire de diffusion conjointement avec EASO (European Associationfor the Study of Obesity. Nous faisons une diffusion vers la communauté scientifique, envers les décideurs politiques et vers les mères, car elles sont les utilisateurs finaux mais aussi acteurs principaux dans cette étude. Il faut leur fournir une stratégie pratique pour traduire les preuves scientifiques vers des directives à appliquer.
MMM Belgium s’associe et participe également à la diffusion des résultats. 
 
Hypothèses de DORIAN:
 
L'obésité maternelle augmente les risques de vieillissement prématurés.
La résistance à l’insuline et l’exposition aux corticoides (tel que le cortisol) sont la cause d’inflammations, de raccoursissement des télomères et de changements epigénétiques MAIS, il est possible d’éviter ceci.
 
Voici quelques études qui ont été menées :

Helsinki­ Finlande: 13000 personnes ont participé à l’étude, toutes nées entre 1930­ et 1940 donc aujourd’hui elles ont entre 70 et 80 ans.

L’étude a démontré que ces personnes étaient plus susceptibles de développer,

● des maladies cardiovasculaires

● des maladies cérébro vasculaires

● du diabète de Type 2

quand ces personnes étaient nées de mères en surpoids

Pise Italie:  90 Mères et leurs enfants dont ont été suivi leur profil métabolique ainsi que leur poids corporel.
L’étude a démontré que le développement cardiaque des enfants est lié au surpoid de la maman avant la grossesse, gain de poids durant la grossesse.

Conclusion: Le (sur)poids maternel ainsi que le taux de glucose dans le sang de la maman vont influencer le métabolisme des enfants dès la naissance.

Pise (II) Italie

Les Télomères: ce sont les extrémités des chromosomes, comme un embout protecteur pour nos chromosomes, dont la longueur est liée à notre état de vieillissement. La longeur des télomères ne dépend pas uniquement de notre âge physique, mais aussi de notre mode de vie, tel que exercice, alimentation, stress etc... 
Des télomères longs sont indicateurs de protection et de réparation de l’ADN. Des télomères plus courts sont indicateurs de maladies métaboliques et cardiovasculaires et sont un signe de fin de vie. Lorsque la mère est en surpoids ou connaît un gain de poids important durant la grossesse, on observe des télomères qui raccourcissent plus vite chez le bébé.
 
Conclusion: Si une maman était née avec les télomères courts, à cause du surpoids de sa mère, la situation est réversible, par une activité physique ou en évitant l’excès de gain de poids.
Elle peut ainsi mettre au monde des bébés en meilleure santé qu’elle­-même,

● car l’exercice va améliorer le métabolisme du glucose,

● l’exercice va augmenter la sensibilité de l’insuline chez les adultes nés de mères obèse, les risques de de diabète Type 2 en seront réduits,

● l’exercice va également rallonger les télomères.

Edinburgh­ Royaume Uni:

Constatation: les mères obèses ont un régime plus riche en graisses et plus faible en vitamines et minéraux. Ceci affaiblit la barrière placentaire du bébé pour le cortisol (= hormone de stress) si du cortisol présent chez la mère, car elle est en état d’anxiété, de stress, de dépression etc... Le cortisol en circulation dans le sang de la mère, passera donc dans le sang du bébé et va:

● ralentir la croissance du foetus

● provoquer des troubles mentaux chez le bébé jusqu’ à l’âge adulte

Conseil: Il est très important d’avoir une hygiène de vie saine et se faire aider par un professionnel avant la maternité si la maman est en état de stress, anxiété ou dépression et qu' en plus, elle est en surpoid avant ou durant sa grosesse.

Madrid – Espagne

Une étude a démontré que le régime alimentaire maternel peut engendrer des modifications épigénétiques de l’ADN du bébé. Ceci veut dire que la structure de l’ADN ne change pas, mais bien par ex. le mode de lecture de certain gènes.

L’équipe de Madrid a démontré des différences significatives entre des bébés nés de mères obèses par rapport à un groupe de bébés nésde mères de poids normal.

Quelles sont les conclusions par le projet DORIAN

● Il faut absolument éviter l’obésité AVANT la grossesse.

● Il faut absolument éviter une prise de poids excessive DURANT la grossesse.

● Il est important de faire la promotion d’une alimentation saine, sans excès de graisses, auprès des mères et de leurs enfants.

● Il faut fournir un soutien psychologique et moral pour les femmes enceintes, avant et durant la grossesse

Quelles sont nos conclusions générales envers les décideurs politiques

● Il faut développer des stratégies de prévention, incluant des outils pédagogiques, ciblant les femmes en âge de procréer.

● Il faut y inclure des conseils pour une nourriture saine et peu calorique et informer tous les professionnels de la santé des risques potentiels que peuvent causer une nourriture riche en graisses.

● Il faut faciliter le dialogue et l’échange entre les gynécologues, les nutritionnistes et les psychologues.

● Il faut développer la mise en place de nouveaux programmes de santé mentale pour les parents avant et durant la grossesse, tel que mindfulness, thérapie de relaxation, yoga...

● Il faut mettre en place de programmes d’exercices physiques en cas de surpoids des enfants, afin d’éviter qu’à l’âge adulte les futures mères démarrent déjà les grossesse en surpoids.
 
 
 
Back to Top